Suède, pays non-fumeur dès 2023

Suède, pays non-fumeur dès 2023

La Suède pays non fumeur dès 2023 ? Un nouveau rapport met en lumière la stratégie de lutte contre le tabac en Suède. Rédigé par des experts en santé publique et publié le 14 mars 2023, « The Swedish Experience: A roadmap for a smoke-free society » fait un état des lieux du tabagisme dans le pays et adresse dans le même temps une feuille de route, à destination des autres pays de l’Union Européenne.

Une Europe sans fumée dès 2040

Le 3 février 2021, l’Union Européenne présentait son plan “Beating Cancer”. L’objectif : faire en sorte que moins de 5 % de la population consomme du tabac d’ici à 2040.

700 000 décès par an en Europe

Selon l’Organisation mondiale de la santé , le tabac serait la cause de près de 700 000 décès par an en Europe. Pourtant, la règlementation peine à évoluer et seule la Suède semble tirer son épingle du jeu. Comment ? Grâce notamment à son plan “Suède sans fumée 2025”.

Suède pays non-fumeur dès cette année

Alors qu’autrefois, près de 50% des hommes en Suède fumaient régulièrement, le nombre de fumeurs devrait passer sous les 5% courant 2023. Un chiffre significatif puisqu’il s’agit du seuil en dessous duquel le pays serait considéré officiellement comme « non-fumeur ». À titre de comparaison, la moyenne aujourd’hui au sein de l’Union Européenne est de 23%. Une incroyable avancée qui permet de ressentir d’ores et déjà les bénéfices sur la population.

La stratégie efficace de la Suède

Selon le rapport, la Suède affiche le taux le plus bas de maladies et de décès liés au tabac dans l’UE. L’OMS indique que le pays aurait même le taux de mortalité liés au cancer le plus bas d’Europe. Notamment en ce qui concerne le cancer du poumon.

Des millions de vies en jeu

D’après le Dr Anders Milton, cette stratégie « a permis de sauver chaque année plus de 3 400 vies en Suède. Si tous les autres pays de l’UE suivaient l’exemple de la Suède, 3,5 millions de vies pourraient être épargnées au cours de la prochaine décennie dans l’UE. »

Une exemplarité à toutes épreuves

En 2009, une recommandation du Conseil de l’Union Européenne relative aux environnements sans tabac invitait les États membres à “protéger pleinement les citoyens contre l’exposition à la fumée du tabac dans les lieux publics fermés, les lieux de travail et les transports publics.”

Selon un rapport, en 2013, 17 pays de l’UE avaient adopté des dispositions strictes. Notamment, l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics fermés, les transports en commun et les lieux de travail. Pourtant, en Suède, cette réglementation était déjà en place depuis 2005.

Et même, depuis le 1er août 2019, en Suède, il est interdit de fumer dans les lieux publics extérieurs tels que les quais extérieurs, abribus, stations de taxi, marchés, terrains de jeux, sorties d’école ou encore sur la plage.

Feuille de route et perspectives d’amélioration

Depuis 50 ans, toutes les études mènent à la même conclusion : le tabac tue. Fumer rend malade et cause des décès prématurés du fait de son moyen d’absorption.

Vapoteuse vs cigarette

Une étude du Royal college of Physicians, montre que le principal problème du tabagisme vient de l’inhalation de substances toxiques lors de la combustion du tabac. Ainsi, les risques pour la santé liés aux cigarettes électroniques sont 95 % moins importants que ceux liés à la cigarette classique. D’autre part, les produits à base de nicotine, consommés par voie orale, seraient encore moins nocifs.

Suède pays non fumeur, la stratégie de l’utilisation du “snus”

La Suède semble avoir basé sa stratégie sur un produit en particulier : le “snus”. Il s’agit d’une sorte de tabac à chiquer, se présentant sous la forme de petits sachets de tabac à placer entre les dents et la gencive. Ainsi, la nicotine passe directement dans le sang par les muqueuses buccales.

Le “snus” est pourtant interdit dans l’Union Européenne depuis 1992, sauf en Suède qui a obtenu une dérogation, car considéré comme “traditionnel”. Et pour cause, utilisé comme substitut face à la cigarette, il engendre une dépendance à la nicotine et peut provoquer des lésions bucco-dentaires. Il serait même un facteur le diabète et pourrait être à l’origine de certains cancers.

Ainsi, les auteurs du rapport invitent à reconnaître que les produits sans fumée sont moins dangereux et qu’ils peuvent être utilisés comme un moyen de lutter contre le tabagisme. Les alternatives sans fumée devraient ainsi être rendues plus accessibles que les cigarettes.

Reste à tirer les conclusions de l’utilisation du “snus” dans la réussite de la Suède contre le tabagisme.

Ressources :

The Swedish Experience: A roadmap for a smoke-free society

Royal college of Physicians : Nicotine without smoke: Tabacco harm reduction 

[TS_Poll id="1"]

Newsletter

Dernières actualités

Questions fréquentes à propos des sachets de nicotine et les réponses

Comment les sachets de nicotine améliorent vos journées de travail ?

Interdiction des sachets de nicotine aux Pays-Bas, qu’en est-il ?