L’histoire de la nicotine par un tabacologue

L’histoire de la nicotine par un tabacologue

 

Jacques le Houezec est un spécialiste des addictions. Il étudie et enseigne au sujet de la nicotine depuis de nombreuses années maintenant. Après sa thèse de science sur

la nicotine, il passe son diplôme de tabacologue. Aujourd’hui, il nous en dit plus sur cette fameuse molécule.

Jacques Le Houezec et sa relation avec la nicotine

Jacques Le Houezec a développé ses connaissances essentiellement grâce à sa riche expérience dans le domaine et de son enseignement. Après plusieurs années à travailler dans l’industrie pharmaceutique, notamment sur les substituts nicotiniques, il milite aujourd’hui pour la vape, qui lui a paru très tôt comme une révolution dans l’arrêt du tabac. Jacques Le Houezec a commencé à fumer très jeune. Il arrête alors qu’il a 25 ans, après la mort de son père, lui-même grand fumeur. À l’époque, ce n’est pas simple d’arrêter. Il n’existe pas encore les substituts nicotiniques et aucune réglementation n’encadre la consommation de tabac comme aujourd’hui. Il nous rappelle alors le contexte : « imaginez-vous, arrêter de fumer alors que tout le monde autour de vous peut fumer où il le souhaite ». Jacques explique qu’il s’y est repris à 5 fois avant d’y arriver pour de bon. En effet, à l’époque il travaillait avec quelqu’un dans un laboratoire de recherche, qui allumait sa clope à peine la précédente terminée. Selon lui, c’est cette relation au tabac qui l’a poussé à aider les autres.

La nicotine qu’est-ce que c’est ?

Jacques Le Houezec revient sur l’origine de cette molécule. La nicotine est développée par plusieurs familles de plantes, dont principalement les solanacées. On retrouve en effet la nicotine dans la pomme de terre, la tomate, les poivrons, les piments, l’aubergine ou encore le chèvrefeuille pour ne citer que ces plantes. Il s’agit tout simplement d’un insecticide naturel, que l’Homme utilisait lui-même contre les insectes, avant l’invention des insecticides de synthèse après la seconde guerre mondiale. En remontant un peu plus loin dans le temps, Jacques Le Houezec, nous apprend que l’Homme a rencontré la nicotine dès l’instant où il a commencé à faire de l’agriculture, c’est-à-dire il y a plus de 8000 ans. Sur le continent américain, les Indiens l’utilisent même à des fins magico-religieuses, du fait de ses propriétés neuro-protectrice, mais aussi pour stimuler les fonctions cognitives, focaliser l’attention, ou encore comme régulateur de l’humeur.

C’est au début du XXe siècle, avec l’industrialisation, qu’arrive la vente de cigarettes toutes prêtes dans des paquets. Mais la combustion pose problème car ce mode de consommation amène la nicotine beaucoup plus rapidement au cerveau et engendre dans le même temps une très forte dépendance. Ce n’est pas le cas de l’utilisation de la nicotine sous les autres formes (tabac à priser, le tabac à chiquer, le snus ou encore la vape).

La place de la nicotine dans notre société actuelle

D’après le scientifique, la nicotine a des propriétés extraordinaires. Il a participé à des études sur la maladie de Parkinson qui ont montré que la nicotine améliore de manière significative la condition des malades. Il explique que cette molécule peut aussi être utilisée dans le traitement de la schizophrénie ou bien pour réguler l’humeur des personnes déprimées. Depuis 40 ans, les substituts nicotiniques sont mal utilisés. Le premier réflexe est tout d’abord d’inciter le fumeur à réduire sa consommation. Pour le spécialiste de la nicotine, l’avenir de cette molécule dépend principalement de ce que voudront en faire les gouvernements. Il souligne que l’avenir de la nicotine peut être positif et que c’est un outil absolument indispensable pour arrêter de fumer.

Loading poll ...

Newsletter

Dernières actualités

Questions fréquentes à propos des sachets de nicotine et les réponses

Comment les sachets de nicotine améliorent vos journées de travail ?

Interdiction des sachets de nicotine aux Pays-Bas, qu’en est-il ?